Sélectionner une page

Le 10 de la Place Royale

Entre 2002 et 2007 j’ai vécu à Paris et l’une des choses que j’ai le plus aimé c’est qu’à la tombée de la nuit, les gens allument les lumières de leur maison sans fermer les rideaux ou les volets. Cela permet de regarder à l’intérieur des appartements, activité que j’adore. En fait, même aujourd’hui voir les lumières sur les balcons me donne un sentiment de confort, de compagnie, de chaleur accueillante.

Fondation Setba de Barcelone

Comme je suis guide à Barcelone, quand je traverse le Quartier Gothique, le long du Paseo de Gracia ou le Raval, je me demande toujours à quoi ressemble la vie domestique, la routine. Et aussi comment c’est aujourd’hui, comment les gens vivent à Barcelone.

C’est la raison pour laquelle, lors de mes visites à la Plaça Reial (Place Royale), j’adore entrer dans la Fundació Setba, parce que je peux voir comment la vie a été vécue (et je peux imaginer comment elle est vécue aujourd’hui) dans un appartement avec beaucoup de balcons. (sept!) sur l’une des places les plus fréquentées de Barcelone.

En outre, l’appartement en question a été la maison de trois personnages essentiels pour comprendre notre culture et nos esprits: Francesc Pujols, Ocaña et Lluis Llach.

Habitants illustres du 10 de la Place Royale

Francesc Pujols

Il était un poète, un philosophe et un critique d’art. Il est né en 1882 au numéro 10 de la Place Royale et avec 20 ans sa poésie a été décernée dans le Jocs Florals (concours littéraire) et deux ans plus tard publie son premier livre de poésie. Ce sera aussi en 1904, suite à sa première conférence à l’Ateneu Barcelonés sur le peintre Marià Pidelaserra quand il a commencé sa carrière en tant que critique d’art. En outre, il sera l’un des premiers défenseurs d’un architecte très controversé à l’époque: Antoni Gaudí, publiant en 1927 « La vision artistique et religieuse de Gaudí », traduit au français par Salvador Dalí. En fait Dalí a affirmé que son père intellectuel était Francesc Pujols et le démontre en lui dédiant la peinture « Hiparxiológico Sky », le livre Pujols per Dalí et une sculpture devant le Musée du Théâtre Dalí à Figueras.

10 de la Place Royale

Ocaña

Probablement il est le plus charismatique des habitants du 10 de la Place Royale. Dans toute compilation de personnages barcelonais, Ocaña a réservé une place privilégiée. Il est né à Cantillana, province de Séville en 1947 et s’installe à Barcelone en 1971, attiré par la liberté que la ville lui offre. Homosexuel et fier d’être, il se déclare anarchiste effectuant différentes performances comme se promener par la Rambla habillé en femme, sans sous-vêtements et tourbillonnant la jupe.

Une autre facette de sa personnalité était la religiosité profonde. Ses œuvres ont un style naïf et coloré et les images de ses vierges et de ses anges ont un style personnel et iconographique. Son style a été apprécié par beaucoup et s’est distingué par sa façon s’exprimer en liberté dans un pays encore très ankylosé et avec des valeurs très archaïques.

10 de la Place Royale peinture Ocaña

Il a vécu au numéro 10 de la Place Royale pendant les années 80, lui donnant une esthétique de musée. Il était beaucoup plus compartimenté que maintenant et les murs des différentes pièces étaient décorés de ses œuvres, lui donnant une belle couleur. Le 10 de la Place Royale était un lieu de rencontre pour ses amis autour d’une bonne table. Des banquets, des rassemblements et des provocations ont été les ingrédients principaux de ces années.

Ocaña au 10 de la Place Royale

En septembre 1983, Ocaña se rend à Cantillana pour voir sa famille et décide de célébrer un carnaval. L’artiste s’habillera en Soleil avec un costume en papier, une banderole représentant l’astre et un feu de bengala couronnant son déguisement. Une étincelle de la fusée fera brûler le déguisement causant de graves brûlures à Ocaña. Il mourra quelques jours plus tard en raison des complications résultant de l’accident.

Comme il ne pouvait en être autrement, pour célébrer le personnage populaire, une grande fête a été organisée à la Plaça Reial, où ses amis, et ses connaissances ont célébré un hommage à la vie. Et ce sera à partir de ce moment précis quand Ocaña deviendra un des personnages de l’Olympe de Barcelone.

Ocaña et le Soleil

Lluís Llach

Auteur-compositeur-interprète catalan bien connu et dernier habitant du 10 de la Place Royale avant l’arrivée de la Fondation Setba. Il a vécu dans cet appartement entre 1983 et 1999. En fait, les couleurs actuelles des murs sont les mêmes que Lluis Llach a choisi.

Il est considéré comme l’un des exposants de la Nova Cançó (Nouvelle Chanson), un mouvement culturelle et musicale dans la dictature franquiste née pour revendiquer l’usage normal de la langue catalane et aussi pour dénoncer les injustices de la dictature. Sa chanson la plus connue, qui est devenue un hymne est L’Estaca, écrite en 1968 et adapté par Jacek Kaczmarski comme hymne non officiel des syndicats polonais Solidarité, et en 1997 est devenue l’hymne officiel du club de l’Union Sportive des Arlequins Sportifs de Perpignan.

La chanson a été approuvée par les censeurs la huitième fois que Llach l’a présenté, sous le nom d’Ahir. Il a été interdite un an plus tard, mais c’était déjà une chanson populaire.

En 1969, il offre un concert au Palau de la Música Catalana en se consolidant comme l’un des meilleurs chanteurs du moment. Son charisme et son engagement social éveillent l’intérêt des autorités, qui vont le soumeetre à des interdictions et à des persécutions intellectuelles. Cela ne l’empêche pas de chanter dans différents pays en faisant connaître la réalité de la langue et de la culture catalanes.

Depuis ses débuts et jusqu’à sa retraite en 2007, ses concerts se démarquent par leur qualité musicale et leur engagement social. Cet engagement sera la base de son implication dans la politique catalane.

Lluis Llach au 10 de la Place Royale

A partir de maintenant, si vous vous promenez près de la Rambla, et les lumières du 10 de la Place Royale, vous pouvez imaginer des moments vécus dans cet appartement avec sept balcons qui invitent à profiter de la vie et de l’agitation de Barcelone.