Sélectionner une page

Nous vivons une époque étrange pour la photographie. D’un coté, les photographes professionnels et leur travail sont très appréciés et occupent les pages des magazines les plus prestigieux et les salles d’exposition du monde. D’autre part, la technologie permet à la fois une merveilleuse expérience avec des photos numériques ainsi que le retour à l’origine et le travail comme l’ont fait les pionniers avec des résultats merveilleux. La photographie de mode et de voyage sont a leur apogée. Mais en même temps, la prolifération des appareils compacts et la révolution des téléphones portables avec appareil photo intégré ont contribué à banaliser l’acte photographique à des limites inattendues.

Le voyageur est l’un des principaux types de photographes amateurs. Dans son désir de perpétuer le souvenir de son voyage il va tirer dans toutes les directions pour capturer les meilleurs moments de sa visite.

Prendre des belles photos à BarcelonePrendre des belles photos à Barcelone

La vérité est que Barcelone est une ville très photogénique et elle est étroitement liée à l’art de capter l’éphémère. Nous allons voyager à la fin du XIXe siècle, début du XXe siècle, pour découvrir deux grands studios photographiques à la hauteur de ceux qui se sont installés à Paris et d’autres villes dans le monde entier après l’invention de la photographie.

L’un était le Napoléon Studio, fondé par Antonio Fernández Soriano, Anaïs Tiffon et Emilio Fernández Tiffon. Situé à la rue Ferran d’abord, puis la Rambla de Santa Monica, les numéros 15 et 17, (là où se trouvait le célèbre Columbus Fronton plus tard). L’ouverture de ce dernier, le 3 Juillet 1893, a comme témoigne l’existence d’une affiche crée par Alexandre de Riquer.
Le photographe Pau Audouard, ouvre en 1905 l’autre studio de mode au mezzanine de la Maison Lleó Morera, Paseo de Gracia, le numéro 35. Sont ouverture avais aussi fait toutes les premières pages des journaux de l’époque.
À part d’être des lieux de la commercialisation de la technique photographique la plus avancé, les bâtiments étaient admirés aussi par sa nouveauté et son importance architecturale. Jusqu’à ce moment là, la profession de photographe était presque itinérant et quelques-uns avaient ouvert leurs études dans les jardins familiaux ou sur les toits pour bien profiter de la lumière.
Aujourd’hui, la photographie joue encore un rol important dans la vie culturelle de la ville avec le Arxiu Fotogràfic de Barcelone, la librairie spécialisée Kowasa dans la rue Mallorca, les magasins spécialisés Camera Lucida à Gran de Gracia ou Arpi dans la Rambla de Catalunya depuis plus de 65 ans et les galeries Hartmann, Colectania ou Tagomago entre autres.

archergal011Mais pour terminer notre voyage aujourd’hui, nous voulons parler d’un nouveau stuido (ouvert en Octobre 2014) et représente pour nous l’originalité maximale. Señor Archer, situé dans le quartier du Raval et crée par le photographe Alberto Gamazo est, comme expliqué sur son site Internet, une étude de la photographie chimique qui propose des séances de portrait en utilisant la technique du collodion humide, « un pionnier dans le développement de la photographie dans ses origines dans le milieu du XIXe siècle. A mi-chemin entre la photographie et l’alchimie, ce processus récupère des valeurs de la photographie à la main loin l’automatisation et bitmaps, avec patience et de jugement.  » Désirez-vous découvrir la photographie slow avec un portrait?